A PROPOS DE LA DERNIERE ŒUVRE D’ANDRE CHECA.

Par Alain Lavelle.

Mon ami André m’a montré sa dernière création prête à se faire une beauté définitive chez le fondeur. Graveur, peintre et sculpteur, au bestiaire substantiel, « l’homme aux mains d’argent » (cf revue WorldTempus), installé en 1975 à Genève a une production qui couvre un large spectre d’objets : montres-bijoux sertis, stylos style art-déco, fleurs aux pétales arrondis, sculptures d’animaux de toutes tailles en bronze, ivoire, bois résine et argile. Il a un penchant pour les formes pleines et généreuses et concilie courbes et lignes droites. Il vient de consacrer son talent à donner vie à une grenouille émergeant de l’eau. A l’observer on pourrait croire qu’il s’agit d’une sculpture classique plutôt conventionnelle mais en s’y attardant on voit qu’il n’en est rien. La grenouille appartient à la famille des amphibiens ; celle qui est présentée s’apparente à la grenouille des champs, espèce banale, répandue dans nos espaces naturels. Elle n’a pas la finesse, les couleurs et l’œil malicieux de la petite grenouille verte ni le corps tacheté et allongé de la grenouille rousse, encore moins le corps monstrueux de la grenouille taureau ou de la grenouille Goliath. Alors cet animal quelconque, pour ne pas dire vulgaire, qui patauge souvent dans des endroits insalubres et qui est la moins originale des trois mille huit cents espèces de grenouilles et de crapauds, qu’a-t-elle donc pour inspirer un sculpteur amoureux de la faune et de la flore où règnent en maîtres les seigneurs de la forêt tropicale et de la brousse sahélienne (lion, tigre, guépard, panthère, éléphant, rhinocéros, crocodile…).

Regardons la sculpture avec attention. Que remarquons-nous ? Une ligne stylisée et épurée, une forme arrondie, des yeux attentifs, une tête ovale et légèrement aplatie animée par un énigmatique sourire discret et surtout des pattes longues et fines qui se terminent par des doigts élancés aux bouts arrondis.

De cet ensemble se dégage une humanité familière qui nous pousserait à cohabiter avec elle en ami. L’important est que la modernité de cet ouvrage nous permet de voir l’âme et le charme de l’animal malgré son physique ingrat.

André, à la production éclectique, possède une imagination créatrice qui fait appel à l’intelligence de ses mains. Artisan d’art, il respecte ce qu’il reproduit en mettant en avant son caractère particulier et sa singularité. Pour atteindre l’essence de ce qu’il personnifie il n’a pas besoin de défigurer ou de déconstruire le sujet qu’il a choisi de mettre en valeur. Il ne se complaît pas dans la provocation exclusivement intellectuelle qui consiste soit à anéantir toute expression artistique formelle soit à ramener l’art au niveau du caniveau et des objets dégradants du quotidien comme l’exposition d’un urinoir ou d’une poubelle débordant de déchets nauséabonds. L’artiste dont le seul souci est de saccager, de confondre esthétique et laideur s’enfonce dans une impasse incompréhensible à la majorité des « regardeurs » et nuisible à la compréhension de l’art. Cette démarche qui se veut révolutionnaire et anti-académique est une sorte de barbarie culturelle qui aboutit à la néantisation de toute expression artistique.

Sans renier son intérêt pour les avant-gardes dans l’art moderne, André rejette les écoles qui ont fait de l’art une abstraction absolue. Il ne partage pas les spéculations cérébrales du constructivisme, du suprématisme et de l’orphisme… qui en définitive conduisent à « la mort de l’art ». Sa sensibilité à la luxuriance de la nature, son empathie envers les êtres et son goût pour les espaces structurés et lumineux l’éloignent du tableau à la blancheur immaculée qui est une fiction de la pureté esthétique. L’art ne peut pas se limiter à un processus psychique et intuitif. Il implique une pratique journalière, une formation approfondie des techniques et des outils. En tant que façonnier, André sait tout ce qu’une création impose de labeur et de tâtonnements avant de parvenir au but recherché.

Sa grenouille est le résultat de ce cheminement.

Petit aperçu de quelques unes des créations d’André Chéca

10 commentaires sur “A PROPOS DE LA DERNIERE ŒUVRE D’ANDRE CHECA.

Ajouter un commentaire

  1. Elle est belle et sympathique cette grenouille ! On la sent « bien dans sa peau », prête à bondir, heureuse de vivre !.
    J’aime ses grosse pattes et son large sourire. Bravo André, pour nous avoir fait regarder différement et pour avoir mis en valeur un animal généralement peu admiré et surtout recherché pour …ses cuisses ! J’espère que nous aurons bientôt le privilège de l’admirer avec sa peau définitive.

    J’aime

  2. Grâce à toi Alain c’est bien la première fois que je regarde une grenouille avec autant d’attention! et tu as raison elle dégage de la sympathie certainement liée à son sourire et sa rondeur.
    Félicitations à André pour ses belles réalisations.

    Aimé par 1 personne

  3. Bravo Alain pour ce document contant le talentueux créateur !
    Avoir eu le privilège de le rencontrer et d’admirer ses oeuvres : quel bonheur ! Merci André !
    Cette grenouille me ravit par sa forme ,ses courbes ,la largesse de ses pattes exprimant une beauté protectrice, la caresse , la douceur…
    On ne tarit pas d’éloges pour les autres créations: malicieux petit écureuil, élephanteau coquin, pétillant petit oiseau, lumineuse planche à voile.
    EXCELLENT !!!

    Aimé par 1 personne

  4. Puisse cette grenouille ordinaire, en passe de « devenir aussi grosse qu’un bœuf », savoir s’arrêter avant d’éclater de VANITE ! Que cette petite tortue « confinée » sur un haut piédestal, sache raison garder dans sa grande SAGESSE !

    Je viens donc de découvrir quelques œuvres d’André Checa : leur variété et leur qualité excitent sincèrement ma curiosité.

    J’aime

  5. Merci Alain pour ce bel hommage rendu aux multiples talents d’André CHECA.
    La personnalité attachante de l’artiste qui transpire dans ses oeuvres comme les rondeurs toutes en douceur de ses sculptures animalières suscitent dès le premier regard la sympathie et l’admiration.

    Aimé par 1 personne

  6. CHANTAL VINCENT

    Quel talent André,
    Magnifique cette grenouille, bien dans sa peau, elle inspire la générosité, la tranquillité, la sympathie.
    L’éléphant est adorable et sa couleur superbe
    Félicitations

    Aimé par 1 personne

  7. Je tiens à remercier Alain pour la lecture de mon œuvre et pour son analyse précise du sculpteur
    Alain sublime mes recherches et pensées artistiques
    A bientôt pour vous présenter ma grenouille dans sa robe de bronze

    Aimé par 1 personne

  8. Tes œuvres sont magnifiques. J’adore la grenouille, la tortue bleue, le bateau, l’éléphant, l’écureuil… Bref je les aime toutes.
    Bravo l’artiste !!!!
    Nathalie, sa guitare et Francis

    Aimé par 1 personne

  9. Merci Alain pour cet excellent article.
    Cette grenouille a le regard aussi pétillant et malicieux que celui de son créateur.
    Sa posture, ses pattes et ses doigts nous rappellent l’excellent « gratteur » qu’a été notre artiste.
    André nous donne envie d’aimer cet animal, au demeurant plutôt repoussant !
    Bravo l’artiste pour cette grenouille et toutes tes créations.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :