Bibliothèque

Géopolitique de l’intelligence artificielle

de Pascal Boniface

Conseillé par Alain Lavelle

« Comment la révolution numérique va bouleverser nos sociétés »

Pascal Boniface nous invite à un voyage didactique au cœur du futur. La révolution numérique a débuté il y a une quarantaine d’années. Depuis une décennie elle s’est considérablement accélérée. Nous sommes loin de Turing et des prémices de l’intelligence artificielle. La puissance actuelle des super ordinateurs, les progrès notables de la technologie et l’avènement des banques de données nous font entrer dans l’univers du « deep learning » c’est-à-dire « un apprentissage profond » qui en dépassant le stade de « l’apprentissage machine » permet à « des machines d’accomplir des tâches et de résoudre des problèmes réservés aux humains et à certains animaux ».

Nous abordons ainsi un univers où l’intervention humaine se marginalise et où nous découvrons la possibilité d’un monde contrôlé par les machines ramenant l’humain à un objet dépendant de processus automatisés, le technicien se contentant de fournir des données.

Comment en est-on arrivé là ? Plusieurs facteurs à partir des années 2000 expliquent ce bond technologique :

  • L’équipement massif de la population mondiale en matériel informatique (60% de la population mondiale utilise des ordinateurs).
  • Le développement du connexionnisme et des systèmes de réseaux neuronaux artificiels accompagnés de phénoménales capacités de calcul des ordinateurs (plus de 1.000 milliards d’opérations par seconde !).
  • Des investissements massifs dans le numérique par les Etats et les grandes entreprises privées qui ont très vite compris les enjeux de puissance scientifique, économique et militaire que sous-tendent les recherches dans ce secteur.
  • La réalisation du Big Data, processus global essentiel qui autorise la collecte, le stockage, l’analyse et l’utilisation des données. Pour recueillir ces données, le monde physique a été truffé de capteurs dispersés dans l’espace public et privé. Elles sont alors exploitées dans des Data Center  à l’aide d’ordinateurs super puissants.

A partir du XIXe siècle le monde a connu des progrès remarquables qui ont contribué à une amélioration spectaculaire de la condition humaine. L’émergence de la raison, du matérialisme et la promotion de travaux scientifiques ont été le moteur de la croissance et du bien-être malgré les craintes engendrées par les innovations techniques.

Avec l’intelligence artificielle deux visions s‘opposent :

  • Celle optimiste qui voit l’IA comme une corne d’abondance qui nous permettrait une augmentation de la durée de vie (150 ans), tout en maintenant nos performances intellectuelles et physiques (transhumanisme).
  • Celle négative qui craint une aggravation des inégalités, une explosion du chômage, une marginalisation de l’activité humaine et des tensions entre grandes puissances (notamment entre les Etats Unis et la Chine) qui entraîneront des conflits meurtriers à l’échelle planétaire.

Au-delà de ces deux scénarios extrêmes, la vraie question est la place de l’homme dans cette révolution technologique. Serons-nous encore capables de bâtir un avenir commun, nos identités seront-elles préservées, le concept d’éthique aura-t-il toujours un sens et les Etats pourront-ils résister à l’hyperpuissance des entreprises numériques mondiales ?

Que deviendront les Etats qui n’auront pas pris le train de l’IA ?

Pourrons-nous préserver nos libertés fondamentales ou serons-nous enfermés définitivement dans des systèmes totalitaires ?

Pascal Boniface, en soulevant tous ces problèmes dans un ouvrage clair et compréhensible nous fait appréhender les enjeux de l’intelligence artificielle.

A lire !

Pascal Boniface est un géopolitogue, né le 25 février 1956, fondateur et directeur de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques). Il a enseigné à l’IEP de Lille et de Paris ainsi qu’à l’université de Paris 13. Il est maître de conférences à l’I E E (Institut des Etudes Européennes) de l’université de Paris VIII. Il intervient à différents niveaux dans les grandes instances internationales (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, l’Académie Diplomatique Africaine, le Haut Conseil de la Coopération Internationale, l’ONU,…). Il est l’auteur de plus de 70 ouvrages traitant des problèmes de défense et de société.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

« Viva » de Patrick Deville aux éditions du Seuil

Conseillé par Alain Lavelle

Dans Viva nous retrouvons les procédés d’écriture habituels utilisés pour ses romans par  Patrick Deville : un pays central où se croisent les principaux protagonistes et un itinéraire effectué par l’auteur à la recherche d’archives et d’éventuels témoins directs ou indirects donnant un éclairage particulier aux aventuriers, révolutionnaires, écrivains, artistes… qui constituent la trame de ses récits.

Dans ce livre, le lieu est le Mexique et sa capitale Mexico, métropole-monde tentaculaire, métissée, agitée de convulsions politiques et riche d’un passé historique grandiose, source de nombreuses créations artistiques. Les héros célèbres sont :

– Malcolm Lowry, auteur d’un chef-d’œuvre à la lecture exigeante paru en 1947 ‘’Au-dessous du Volcan’’, sorte de ‘’divine comédie ivre’’ romanesque qui décrit la déchéance-châtiment d’un homme alcoolique s’autodétruisant en ingurgitant en permanence de la tequila et du mescal, expiant une faute et incapable de sauver l’amour de sa vie. C’est un livre mystique avec de nombreuses références à la Bible.

– Léon Trotski, bras droit de Lénine pendant la révolution d’octobre 17, traqué par les sbires de Staline durant des années, errant exilé dans différents pays avant d’être assassiné par un agent du NKVD le 21 août 1940 à Coyacàn Mexico. Bras armé de l’Armée Rouge, intellectuel théoricien tourmenté et farouche opposant à Staline, il a imposé une interprétation du pouvoir et du communisme non conforme à la ligne directrice du Parti.

– Diego Rivera, communiste, artiste peintre mondialement connu pour ses fresques murales au réalisme social affirmé promouvant la culture indienne et le travail des ouvriers. Son engagement politique et son tempérament gargantuesque en ont fait une icône incontournable de la cuture et des arts mexicains.

Dans Viva, se côtoient au Mexique et en Europe, toute une série de personnages éminents, plus ou moins marginaux, qui ont laissé leur empreinte au XXe siècle : Fabian Lloyd dit Arthur Cravan anarchiste, neveu d’Oscar Wilde, poète et boxeur ; Frida Kahlo, épouse de Rivera, peintre renommée qui abrite Trotski dans la maison bleue proche du palais de Hernàn Cortès ; Maurice Nadeau, immense critique littéraire et directeur de collections influent qui a rencontré et publié de nombreux écrivains réputés français et étrangers ; Ramon Mercader, l’assassin de Trotski ; Tina Modotti, photographe proche de Rivera qui rassemble chez elle la bande des 13 (Rivera, Traven, Sandino, Maïakovski, Dos Passos, Kahlo…) qui considère que « l’avenir de l’Art est aussi celui de la Révolution » ; Graham Greene débarquant au Mexique pour un séjour qui lui inspira l’écriture de « la Puissance et la Gloire » ; Antonin Artaud acteur et écrivain, opiomane, qui se rend au Mexique en octobre 1936 déçu de la « singerie surréaliste » pour « chercher les bases d’une culture magique qui peut encore jaillir des forces du sol indien » et pour goûter la déraison peyotl pour guérir de « la foutue branleuse de vie » ; André Breton, le pape du surréalisme, à la personnalité contestée, qui s’est égaré au Mexique, incapable d’écrire le manifeste de déclaration artistique révolutionnaire réclamé par Trotski …

Viva nous parle donc de voyages, de femmes et d’hommes hors du commun, à la trajectoire chaotique et au talent certain. Littérateurs, peintres et aventuriers sont, à travers leur énergie vagabonde et extrémiste, au cœur de cette fiction. A lire !

Patrick Deville est un écrivain français né en décembre 1957, auteur d’une douzaine de romans et de nombreux éditoriaux. Il obtient plusieurs prix dont le Fémina pour « Peste et Choléra ». Il séjourne longuement à Cuba, en Uruguay et dans d’autres pays d’Amérique Centrale. Il créé ce qu’il nomme « le roman sans fiction » et se définit comme suit: « Je serais bien incapable de dire, aujourd’hui, ce que c’est, au fond, qu’un écrivain. […] Je sais qu’entreraient dans cette définition l’exil et la solitude volontaires ou subis, et aussi la volonté de n’adhérer à rien, ni à aucun lieu du monde. »

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

NOA-NOA -Séjour à Tahiti- de Paul Gauguin

précédé de « GAUGUIN » par Victor Segalen

Conseillé par Alain Lavelle

Pour tous les amateurs de peinture, amoureux de Paul Gauguin, des voyages marins au long cours et de la Polynésie, il me paraît fondamental de lire « Noa-Noa — Séjour à Tahiti-» précédé de « Gauguin » par Victor Segalen.

Dans ce petit livre, journal tenu par le peintre lors de son premier séjour à Papeete (1891-1894), l’artiste non seulement parle  en véritable anthropologue humaniste des Maoris mais adopte leur style de vie, leurs coutumes et s’intègre à leur civilisation menacée par une administration composée de fonctionnaires imbus de leur supériorité, de leur éthique protestante ou catholique et incapables d’appréhender la richesse et les valeurs proches de la nature de ce peuple coutumier aux mœurs libres et fraternelles.

Plus que tout autre, Gauguin a exprimé son amour pour ces êtres considérés à tort comme frustres et primitifs. « Le paradis tahitien », sa sensualité, ses paysages, son océan et ses couleurs inspirèrent nombre de ses tableaux et provoquèrent en lui une forte émotion esthétique. Attiré par la lascivité des femmes et leur nonchalance jouisseuse, émerveillé par « l’or du visage de Teura inondant de joie et de clarté l’intérieur du logis et le paysage alentour », il s’enracina dans ces îles polynésiennes qui allaient l’habiter jusqu’à la fin de ses jours. « Je suis embaumé d’elle » disait-il et il considérait que cette jeune fille lui ouvrait la porte de mystères inconnus.

Victor Segalen, officier médecin, a compris bien avant beaucoup d’autres le génie incomparable de ce « monstre ».

Dans son introduction Segalen nous rappelle que Gauguin « est apparu dans les dernières années de sa vie comme un être ambigu et douloureux, plein de cœur et ingrat, serviable aux faibles » et superbe dans son côté excessif. Reçu comme un frère par les Polynésiens, il fut rejeté par « l’honorable » société coloniale pénétrée de sa supériorité et imposant une morale castratrice. Pour comprendre l’âme de Gauguin, lisons la prière de l’étranger :

« J’arrive en ce lieu où la terre est inconnue sous mes pieds.

J’arrive en ce lieu où le ciel est nouveau par-dessus ma tête.

J’arrive en cette terre qui sera ma demeure …

Ô Esprit de la terre, l’Etranger t’offre son cœur, en aliment pour toi. »

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

A l’écoute des baleines aux Bermudes, en compagnie des baleines à bosse d’Andrew Stevenson

Conseillé par Alain Lavelle

Ce livre nous immerge dans une humanité marine insoupçonnée où deux êtres hors du commun se rencontrent et forgent une relation affectueuse irréelle. L’auteur, aventurier nomade, a parcouru l’Afrique, l’Asie, l’Europe et le Canada. De la Tanzanie aux Bermudes, il a traversé plusieurs vies qui lui ont permis de concilier ses passions : les voyages, la voltige, les montagnes, la nature et la mer. Son engouement pour les baleines à bosse remonte à 2006. Les baleines à bosse sont les plus fascinants des cétacés et sont appréciées par les observateurs pour leurs activités dynamiques en surface. De forme très singulière, possédant de longues nageoires pectorales, elles n’hésitent pas, notamment les femelles, à s’approcher amicalement de l’homme. Imposantes par leur poids et leur taille (30 tonnes, 15 mètres de long), elles sont capables d’arabesques et de sauts surprenants. Les Bermudes, point de passage migratoire au printemps, est une zone idéale pour les admirer. Découvrir ces mammifères marins géants en immersion et les filmer à l’aide d’une caméra sous-marine est devenu pour Andrew Stevenson une obsession qui l’a habité pendant des années. Après des débuts laborieux et des efforts constants, des heures à patienter dans l’eau, il vit son obstination récompensée. Ce fut le commencement d’une complicité durable. Je cite : « cette baleine adulte avait effectué des mouvements complexes, comme un ballet, autour de moi et à côté de moi. Parfois, elle m’effleurait presque ! …  Elle nagea directement à ma rencontre, puis plongea, tout d’un coup, avec ses énormes nageoires de quatre mètres de large, passant à portée de ma main juste sous mon corps. Un effleurement délibéré de son énorme queue aurait pu me tuer. Et pourtant, cet énorme animal était incroyablement doux. Elle savait, à chaque instant, précisément où je me trouvais par rapport à chacune des parties de son corps… ».  En lisant cet ouvrage vous apprendrez leur façon de communiquer, de chanter, de se reproduire, de se défendre contre les orques… Ainsi vous saurez tout sur ce cétacé intelligent et au comportement attachant que les photos en noir et blanc mettent si bien en valeur.  

Andrew Stevenson est un humaniste nomade ; né au Canada, il a grandi, étudié, travaillé et vécu sur quatre continents. Esprit libre et aventureux, il a parcouru la chaîne népalaise de l’Himalaya durant deux décennies. En 2006, la rencontre fugitive avec un cétacé aux Bermudes et le magnétisme de ces îlots perdus dans l’Atlantique, le convainquent de s’installer là pour écrire les récits de ses aventures autour du monde. Avec obstination, il devient alors l’un des grands photographes sous-marins et, dans le sillage de l’océanographe Jacques-Yves Cousteau, tente de montrer la majesté des baleines pour en dire la fragilité et mieux les préserver ( quatrième de couverture du livre aux éditions Elytis).

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Les oiseaux de mer de Fabrice Genevois

Conseillé par Alain Lavelle

Des eaux tropicales aux eaux polaires, l’auteur nous dévoile un nombre incalculable de volatiles amoureux des vagues, de la houle, s’offrant parfois sur des milliers de kilomètres, en toute liberté, des voyages au long cours parsemés d’abris protégés et affrontant mille dangers. Ce qui frappe le lecteur c’est non seulement leur allure, souvent leur envergure, les couleurs étonnantes de leur plumage, de leurs pattes, de leurs yeux… mais surtout l’équilibre parfait de leur vol. Même dans leur maladresse, comme par exemple les manchots, ils ont la capacité à résister aux agressions des prédateurs et du climat. Seul l’homme malheureusement peut être l’ennemi qu’ils ont du mal à combattre. La variété des oiseaux de mer est infinie. Chacun a sa grâce propre, son élégance, voire sa pureté, ses couleurs distinctives. Quelle que soit sa dimension, son poids, la forme de son bec ou la couleur de ses pattes, si on le considère attentivement, on est touché par sa morphologie harmonieuse et sa capacité d’adaptation à son environnement. J’aime leur indépendance sans remettre en cause leur grégarité, leurs danses nuptiales et leurs escales amoureuses sur la terre ferme ou les rochers, leurs prouesses techniques pour capturer leur proie, leur aptitude à plonger en profondeur, leurs sens en éveil à l’écoute du moindre péril… L’océan, lieu de tous les dangers, où chaque lame peut cacher un piège, ne doit devenir en aucun cas une nécropole pour ces seigneurs des mers qui méritent qu’on les respecte et qu’on participe activement à leur sauvegarde. Prenez du plaisir à regarder les superbes images. Vous ne vous en lasserez pas. J’avoue que j’ai un faible pour la sterne arctique avec ses belles ailes d’un blanc immaculé, le macareux huppé au bec de perroquet, le manchot royal au port hautin surmonté d’une tête jaune et noire, le fou aux pieds bleus spécialiste des parades sexuelles… La liste est longue et vous trouverez certainement l’oiseau de mer de vos rêves.

Biologiste diplômé de l’École pratique des hautes études, Fabrice Genevois pratique l’ornithologie de terrain depuis son enfance . Depuis plus de vingt-cinq ans, il parcourt le monde afin d’observer et d’étudier ces surprenants oiseaux, depuis les régions polaires jusqu’aux atolls tropicaux. En marge de ses expéditions, il collabore aux travaux du Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux (Muséum national d’histoire naturelle)..

  

         

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Lady Mary Montagu

Conseillé par Daniel Sueur

(d’après « l’Islam au péril des femmes – Une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle » – LD/ La Découverte)

Anne-Marie Moulin (Médecin) et Pierre Chuvin (helléniste et turquophone) nous invitent ici à une plongée radicale dans ce qu’était l’empire ottoman au début du XVIIIe siècle, alors que le pays était en guerre avec l’Autriche.

Lady Mary Wortley Montagu est l’épouse de l’ambassadeur d’Angleterre envoyé à Constantinople pour assurer la médiation anglaise entre les deux belligérants.

Pendant la durée de l’ambassade de son mari elle écrira à ses amis cinquante-deux lettres qui révéleront auprès de ses contemporains la véritable histoire de la société turque de l’époque, récits qui retracent son expérience dans cet Empire Ottoman pendant la période de deux années qu’elle y aura passées (août 1716 – septembre 1718)

Les lettres, publiées lors de son retour en Angleterre, rencontreront un véritable succès littéraire. Elles seront lues dans toute l’Europe, et lady Montagu sera alors considérée en France à l’égal de Madame de Sévigné.

Les auteurs reprennent les fameuses lettres dans la seconde partie du livre mais proposent en premier lieu une fascinante découverte de la Turquie de l’époque, mais avec les yeux de Lady Mary !

Elle décrit les bains, les costumes, les réceptions dans les harems ; sans peur du paradoxe, cette féministe avant l’heure affirme que l’Islam protège la liberté individuelle des femmes, et le voile, leur indépendance.

A l’opposé de ce que connaît dans le même temps la femme en Angleterre où la vie féminine s’ordonne autour du mariage, avec le devoir social, que, dans l’optique puritaine, l’épouse doit remplir: élever des enfants et se rendre ainsi utile.

Notre chroniqueuse a perdu son frère victime de la variole et elle-même contracte la maladie à 26 ans, ce qui la rend particulièrement attentive aux pratiques du pays pour lutter contre cette terrible maladie. Il s’agit de la variolisation, qui consiste à inoculer la maladie sur des sujets sains.

Elle fera varioliser son fils pendant son séjour en Turquie et de retour en Angleterre dépensera beaucoup d’énergie pour faire reconnaître cette technique qui sera relayée quelques décennies plus tard par la vaccination mise au point par le médecin Edouard Jenner.

Un livre passionnant pour découvrir, à travers les yeux d’une femme, une Turquie du XVIIIe siècle « dominée » par les hommes ; mais aussi, grâce aux auteurs, une culture aussi bien religieuse et sociétale que guerrière venant du fond des âges.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Civilizations de Laurent Binet

Conseillé par Alain Lavelle

Lors d’une rencontre littéraire organisée fin août par les Plumes de Léon, j’ai assisté à la présentation par Laurent Binet de son roman « Civilizations » publié par les Editions Grasset. Ce livre a reçu le grand prix du roman de l’Académie Française.

De quoi s’agit-il ? D’une Uchronie, c’est à dire « d’un récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique ». L’auteur imagine que les Espagnols échouent dans leur tentative de coloniser l’Amérique Centrale et que les Incas au XVIème siècle, dirigés par Atahualpa, envahissent et dominent l’Europe. Pour ce faire, grâce à la découverte du fer, à la domestication du cheval, à la création d’anticorps et à leurs réserves inépuisables d’or, ils vont triompher dans une Europe confrontée au capitalisme naissant, au progrès technique, à la Réforme de Luther, à l’Inquisition, aux guerres incessantes, à la menace turque et aux monarchies affaiblies et corrompues.

Au fil de ses conquêtes européennes, Atahualpa, sa cour et sa troupe, vont rencontrer et vaincre Charles Quint. En capturant le roi d’Espagne, il devient incontournable et s’impose à la tête du Saint Empire romain germanique. Il noue des alliances, notamment avec François 1er, roi de France, qui voulait récupérer les territoires perdus du Nord, de l’Artois et de la Flandre. L’Inca impérial consolide sa domination par des mariages royaux et princiers, créant ainsi un véritable univers métissé dans lequel les femmes jouent un rôle majeur. Conscient que ses victoires militaires ne lui permettent pas à terme de maintenir son emprise sur son nouvel empire, il recrute en masse des hommes de tous horizons, notamment des Morisques. Pour consolider ses positions, il analyse et tolère certaines pratiques culturelles et religieuses des peuples soumis. Tolérant mais ferme, Atahualpa introduit une politique sociale et de partage conforme à ses mœurs, profitant aux classes défavorisées et aux paysans. Dans cette épopée il traverse et assujettit les grandes cités européennes : Lisbonne, Tolède, Salamanque, Grenade, Cadix, Séville, Gand, Bruxelles, Florence… et se rend maître de l’Allemagne occidentale. Lors des combats victorieux, il interdit à ses armées de pratiquer la politique de la terre brûlée.

Fin stratège, il se concilie la société civile, condamne les dictats religieux et déjoue les complots.

Ainsi le lecteur lira avec intérêt les lettres de More à Erasme et les réponses de ce dernier, la façon dont il obtient l’appui du banquier Anton Fugger et apprendra comment finit Luther. Enfin, il découvrira, étonné, dans la quatrième partie, les aventures de Cervantès et sa rencontre avec Montaigne.

Ce roman passionnant et imaginatif est un véritable roman historique qui porte un regard extérieur critique sur notre propre civilisation.

L’auteur a effectué un travail d’historiographe érudit. Pour le rédiger, il a arpenté les continents, les villes, et aussi a consulté les bibliothèques et les archives des principaux lieux où se déroulent les aventures de l’Inca.

Agréable à lire, riche d’informations et de rebondissements originaux, « Civilizations » ne peut que séduire les fous de lecture et les passionnés de l’Histoire.

Laurent Binet, né le 19 juillet 1972, est un écrivain français. Agrégé de lettres modernes, il a enseigné les lettres pendant 10 ans en Seine Saint-Denis. Il est l’auteur de plusieurs romans dont « HHHh » (prix Goncourt du premier roman 2010) et « La septième fonction du langage » (prix Interallié 2015).

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

L’été des quatre rois de Camille Pascal

Conseillé par Daniel Sueur

En signant en juillet 1830 des ordonnances qui muselaient la presse et proclamaient la dissolution d’une Chambre devenue trop libérale pour mériter sa confiance, Charles X ne se doutait pas qu’il allait provoquer un raz de marée prérévolutionnaire qui restera sous le nom des Trois Glorieuses.

Et qui aboutira, comme pour son frère Louis XVIII avant lui, à un deuxième exil.

C’est cette histoire d’un été fou que nous raconte Camille Pascal, une vaste fresque pleine d’ironie pour ces rois qui se considèrent toujours comme les représentants de Dieu devant leur peuple, et d’humour face à des situations parfois fort cocasses.

Puisé aux sources les plus précises de l’époque, notamment les Mémoires de divers acteurs ou témoins, c’est un récit d’une grande érudition qui plonge le lecteur dans le quotidien des évènements, avec un luxe assez extraordinaire de détails.

Documentaire, roman ou docu-fiction comme on dit aujourd’hui ? Sans doute un peu des trois, en tous cas près de 700 pages d’une plongée radicale dans les méandres de décisions parfois fort contradictoires où interviennent des personnages aussi divers que Guizot, Thiers, Talleyrand, Chateaubriand, La Fayette, Stendhal, tous ceux qui refusent de voir le pays replonger dans la révolution, et  feront tout pour remplacer ce vieux psychorigide de Charles X par un roi libéral qui accepte enfin un régime de monarchie constitutionnelle.

Ce sera Louis-Philippe, roi des Français*, le neveu de la branche cadette des Orléans, avec mission de régence jusqu’à la majorité du petit-fils de Charles X, Henri d’Artois, duc de Bordeaux, fils du duc de Berry, et qui deviendra Henri V.

Comme chacun sait, l’Histoire en décidera autrement : en février 1848, c’est au tour de Louis-Philippe de partir en exil.

Charles X poussé à la retraite, Louis-Philippe régent d’Henri V, nous voici avec trois rois. Qui est donc le quatrième, promis par Camille Pascal dans le titre de son ouvrage ?

Il s’agit du duc d’Angoulême, fils de Charles X, qui a renoncé à ses droits à la succession en faveur de son neveu Henri de Bordeaux, il est le mari de Madame Royale, fille de Louis XVI rescapée de la Révolution, et qui, elle, nonobstant la loi salique, eût pu devenir reine !

*Et non pas roi de France, ce sont bien les libéraux qui ont posé la couronne sur la tête du nouvel élu.

Camille Pascal né le 3 juin 1966 est écrivain, professeur agrégé d’histoire, ancien secrétaire général de France Télévisions et conseiller d’Etat. Il a participé à l’écriture de nombreux ouvrages collectifs, est l’auteur de plusieurs essais et du roman « la chambre des dupes » (présélectionné pour le prix Goncourt).

 

 

&&&&&&&&&&&&&&

 

 

Le Goût de ma vie de Pierre Arditi

Conseillé par Joëlle Niger

Les-gouts-de-ma-vie

Cette année si particulière va nous permettre de redécouvrir les charmes de notre beau pays. Alors pourquoi ne pas faire le tour de France des vignobles en compagnie de Pierre Arditi à travers son livre « Le goût de ma vie » ?

Cet homme de théâtre et de cinéma, amoureux des belles choses est avant tout un grand gourmet, un bon vivant, un passionné. Son rôle d’œnologue dans la série « Le sang de la vigne » lui a permis de visiter toutes ces belles régions viticoles à la rencontre de vignerons et de restaurateurs passionnés de leurs métiers.

Dans ce livre l’auteur nous fait partager ses plus grandes émotions, sa cave idéale, ses bonnes adresses, toutes ces petites merveilles qui font la richesse de notre belle France.

Alors je vous souhaite un bon voyage et une bonne dégustation sans modération !

images (5)

Pierre Arditi est né à Paris le 1er décembre 1944.

Acteur français, il a joué dans plus de 80 films, 120 télé-films et 65 pièces de théâtre. Il est également chroniqueur dans la revue « Terre de vins ».

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

 

Âme brisée de Akira Mizubayashi

Conseillé par Alain Lavelle

Ame brisée

« Âme Brisée », un roman d’Akira Mizubayashi publié aux éditions Gallimard, retrace dans une écriture limpide l’histoire de Rei Mizusawa-Maillard, luthier spécialisé dans la confection et la réparation de violons et d’altos.

Le livre est d’une belle sensibilité ; il allie les voyages par le déracinement et l’apprentissage, l’art par le travail des mains, la musique et la littérature. Il prouve ainsi que le talent, source de vie, défie la mort. Rei, enfant, témoin impuissant de la violence des hommes assiste, apeuré, à la brutalité des militaires qui, lors d’une répétition avec des amis chinois, brisent le violon paternel, un Vuillaume, puis embarquent brutalement son père Yu et le font disparaître à jamais.

L’âme d’un violon est un petit cylindre de bois qui réunit la table et le fond de l’instrument. Elle est le cœur du violon, lui donne le souffle vital et, bien ouvragée, permet les sonorités adéquates. Soutenu par sa compagne Hélène archetière et obsédé par le violon mutilé de son père, Rei n’aura de cesse de le faire revivre. Après sa formation à Mirecourt dans les Vosges, capitale de la lutherie française et à Crémone en Lombardie, patrie de Stradivari et reconnue mondialement pour sa tradition luthière, il devient un luthier renommé apprécié des musiciens célèbres. Tout au long de son travail de reconstitution, il est accompagné par deux compositions musicales prisées par les amateurs de musique classique : Rosamunde de Franz Schubert et la Gavotte en rondeau de Jean-Sébastien Bach, partitions jouées lors de l’arrestation de son père.

Mais ce récit est aussi un voyage dans le temps où se retrouvent les principaux protagonistes unis par la musique et les souvenirs douloureux du passé.

Enfin Yu, professeur d’anglais, cultivé et réceptif à la littérature engagée, affichait son humanisme et son intérêt pour la littérature occidentale et la littérature prolétarienne  alors combattues par les autorités impériales car considérées comme menaçant la sécurité et la grandeur du Japon.  Ses choix littéraires en firent un coupable condamné à mort. ‘’Le bateau usine’’, évoqué dans le livre est le roman réputé de Takiji Kobayasihi publié en 1929 qui décrit les conditions de vie épouvantables des travailleurs embarqués à bord d’un navire pêchant le crabe dans la mer d’Okhostsk entre le Japon et l’URSS.  Je conseille fortement sa lecture.

Découvrez « Âme Brisée », je suis certain que vous y prendrez le même plaisir que j’ai eu à le lire.

Akira Mizubayashi

Akira Mizubayashi  est un écrivain japonnais né le 5 août 1951 à Sakata. Après avoir étudié en France (Ecole Normale Supérieure), il enseigne actuellement à l’université Sophia de Tokyo. Il a publié plusieurs essais et romans dont « Une langue venue d’ailleurs », « Mélodie, Chronique d’une passion », « Petit éloge de l’errance » « Un amour de mille ans », « Dans les eaux profondes » et enfin « Âme brisée ». Plusieurs de ses livres ont fait l’objet de diverses récompenses.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Le voyage des plantes de José E. Mendes Ferräo

Conseillé par Alain Lavelle

51Znm3KK2uL._SX363_BO1,204,203,200_

Dans un ouvrage passionnant et instructif ‘’Le Voyage des Plantes et les grandes découvertes’’, José E. Mendes Ferrao décrit l’histoire des migrations des plantes à travers le monde. Nous consommons régulièrement des plantes vivrières et des fruits inconnus il y a quelques siècles en Europe, mais connaissons-nous leur origine et leur périple ? Aux XVème et XVIème siècle les navigateurs portugais et, dans une moindre mesure, espagnols ont introduit, dans leurs nouvelles colonies et sur les continents où ils abordaient, les différentes espèces cultivées par les autochtones.

L’auteur nous rappelle que les grandes routes maritimes de l’expansion portugaise et de l’esclavage furent aussi celles des migrations intercontinentales de plantes entre  le XVème et le XVIIIème siècle. Ces traversées océaniques, défis énormes pour l’époque, étaient effectuées par des flottes placées sous le commandement de capitaines prestigieux dont les noms sont connus de la majorité des terriens : Bartolomeu Diaz, Vasco de Gama, Pedro Alvares Cabral, Magellan… N’oublions pas que, dès le XVIème siècle, Lisbonne est à la tête d’un empire maritime s’étendant de l’Amérique au Japon, parsemé de nombreux comptoirs et d’escales essentielles à la survie des équipages et à la maintenance des caravelles. Ce réseau complexe qui partait du Portugal et se terminait en Extrême-Orient était constitué de multiples relais stratégiques au Cap-Vert, au Brésil, en Angola, au Mozambique, aux Indes Orientales, à Macao et à Malacca. Lors de ces trajets, beaucoup de plantes ont changé de continent : ananas, noix de coco, patate douce, tomate, citron, orange, cajou, gingembre, banane…  Rares étaient celles qui restaient sur leurs terres d’origine : girofle, muscade et poivre.

Ces transplantations vont s’amplifier au XVIIIème siècle et entraîner des tensions, voire des conflits, avec les Hollandais.

Dégustez avec gourmandise ce livre aux magnifiques illustrations. Vous y découvrirez des plantes connues et inconnues mais aussi des variétés aux noms poétiques qui vous feront voyager : le cachimantier, le chérimolier, le pourghère, le cardamomier, le carambolier, le curcuma, le kaki, le gombo…

José F.Mendes

Né en 1928 à Coja (Portugal), José E. Mendes Ferräo est spécialiste en agronomie et agriculture tropicale.  Ingénieur, enseignant, membre de nombreuses commissions sur l’agriculture d’outre-mer, il devient directeur du  Centre d’Etudes de Production et Technologies Agricoles en 1984. Président de la commission nationale de la FAO, représentant le Portugal, José E. Mendes Ferräo s’intéresse aux liens entre l’Europe et les anciennes colonies. De 1972 à 1974, il est Secrétaire d’Etat en charge de l’agriculture. Souvent récompensé pour ses travaux, il a rédigé une vingtaine de livres sur l’agronomie tropicale.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Les Derniers Sauvages de Max Radiguet

Conseillé par Alain Lavelle

les derniers sauvages

Le livre retrace le récit de l’aventure de Maximilien René Radiguet aux îles Marquises, embarqué à bord de la Reine Blanche en 1841 comme secrétaire de l’expédition dirigée par le contre-amiral Dupetit-Thouars chargé d’arpenter et d’élargir les terres françaises du Pacifique.

Ces îles, qui n’ont cessé d’attirer les navigateurs de tous les continents et de captiver des nomades célèbres -Melville, Gauguin, Segalen, London-, sont le thème principal de cet ouvrage. Livre singulier et remarquable qui met en lumière la vie quotidienne et la beauté des femmes et des hommes vivant sur ces rochers dans un cadre magnifique et sauvage.

Ce qu’il convient de souligner, c’est l’approche de l’auteur qui ne révèle aucune supériorité, aucun racisme. Anthropologue curieux, imprégné de la philosophie des Lumières, il découvre « les premiers matins du monde » avec leurs splendeurs mais aussi un univers complexe avec ses guerres de voisinage, ses tapus, ses mœurs anthropophages et ses rituels religieux.

« Locataires immémoriaux de la place », les Marquisiens considèrent les Européens comme des intrus avec qui il convient de commercer et de nouer des alliances afin de dominer les clans adverses. Les officiers, marins et soldats, peu nombreux, rudes, possédant la technique et les armes apprirent à composer et à respecter ces peuplades avec lesquelles, au départ, ils ne partageaient rien. Contraints de mettre en sourdine leurs préjugés, tenus de s’adapter sans se renier, ils finirent par s’accommoder de ces micro-sociétés aux traditions ancestrales immuables totalement intégrées         aux lois de la nature.

Ces chroniques montrent le rôle ravageur des techniques auprès des populations. Elles nous interrogent sur la notion de modernité et de progrès. L’articulation entre la science, l’outillage et le bonheur ne se fait pas sans heurt. Bien-être matériel n’est pas synonyme de bonheur et la rationalité didactique peut déshumaniser l’homme. Le paradis terrestre est une chimère. Pour autant il existe, en dépit des drames, des lieux où règne un semblant d’ordre harmonieux.

Et dans cette publication, quelle est la place de l’art ? Partout et nulle part, dans les vêtements coutumiers, les maquillages, les parures, les armes, les sculptures (tikis), … et bien sûr dans les décors grandioses.

 Une mention particulière est portée sur les tatouages, notamment les tatouages faciaux en spirale et les tatouages géométriques sur le reste du corps. Ces tatouages objets d’une grande fierté expriment la lignée, le statut social, la puissance et le prestige et n’ont cessé d’appartenir à l’imaginaire marquisien.

L’auteur, par ailleurs illustrateur de qualité, a produit de nombreux dessins représentant le quotidien des îliens.

A tous les amateurs de la Polynésie et des aventures marines, je préconise cette lecture qui est un classique de la littérature des découvertes.

*Max Radiguet est un écrivain voyageur et dessinateur. Il est né le 17 janvier 1816 à Landernau et décédé à Brest 7 janvier 1899. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « souvenirs, promenades et rêveries », « le champs de Mars à vol d’oiseau »… et  a écrit d’autres livres sous le nom de Stéphan Rénal.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Voyages chez les Moïs d’Indochine d’Alexandre Yersin

Conseillé par Alain Lavelle

Mois

Alexandre Yersin, médecin-chercheur, d’origine suisse naturalisé français a été un « bienfaiteur de l’humanité ».

Affecté à l’hôpital des enfants-malades en 1887, il intègre aussi l’Institut Pasteur en tant que préparateur. Il participe aux recherches sur la diphtérie et la tuberculose. Dès 1885 il met au point avec Calmette et Borrel un sérum et un vaccin anti-pesteux qu’il testera sur un séminariste de la mission catholique de Canton.

A partir de 1990 il est médecin de bord au service des  Messageries Maritimes où il exerce sur la ligne Saïgon/Manille à bord du Volga, puis sur le Saïgon assurant la liaison Saïgon/Haïphong.

Il consacre son temps libre à explorer les villages autour de Manille et de Saïgon. Esprit curieux, passionné de navigation astronomique et de géodésie, il apprend à se servir du sextant et du théodolite. Dans les années suivantes il se consacre à la création de l’Institut Pasteur de Nha-Trang. En 1902, il dirige la nouvelle école de médecine d’Hanoï.

Explorateur et médecin, il tente une mission de reconnaissance de la chaîne Annamitique. Ce premier échec, non seulement ne le décourage pas mais renforce sa détermination à surmonter les conditions climatiques, la végétation équatoriale luxuriante et hostile, les ethnies visitées plus ou moins réfractaires et une assistance technique insuffisante.

A force de volonté, d’un courage exceptionnel et d’une humanité admirable, il entreprend trois expéditions au cœur de massifs inexplorés. Parfois sans soutien officiel, aidé par quelques Vietnamiens, il ne renonce jamais. Il parcourt des centaines de kilomètres à pied, en barque ou à dos d’éléphant. Il compose avec les chefs de village qui passent une grande partie de leur temps à s’affronter. Médecin désintéressé, à la disposition des populations confrontées à des maladies endémiques, il sauve des milliers de vies en vaccinant et traitant les malades (en particulier contre la variole). Parallèlement géographe et agronome, il trace de nouvelles routes et cartographie les région traversées tout en accomplissant un travail de pacificateur entre les tribus. Ces voyages le poussent jusqu’au Laos.

Ce livre n’est pas un roman, mais un document- carnet de route, exceptionnel, mis à la disposition des autorités et du public qui peuvent découvrir, tant sur le plan humain que scientifique le récit de ses explorations.

Exploit extraordinaire où le scientifique altruiste, par ses contributions dans différentes disciplines, fait partie de ces savants qui se sont dévoués au service du progrès et de la réconciliation entre les peuples.

Aujourd’hui encore, Alexandre Yersin, décédé en 1943, est vénéré au Vietnam comme un héros national.

220px-Alexandre_Yersin_1946

Alexandre Yersin  est né le 22 septembre 1863 à Lavaud (Suisse). C’est un médecin-bactériologiste et explorateur principalement connu pour avoir identifié le bacille de la peste. Décédé le 28 Février 1943, il fut nommé, à titre posthume, citoyen d’honneur du Vietnam en 2014.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

L’Express de Bénarès de Frédéric Vitoux

Conseillé par Alain Lavelle

Express Bénarès 2

Dans L’Express de Bénarès, Frédéric Vitoux, académicien, nous fait part de sa fascination pour Henry Jean-Marie Levet. Parti à la découverte du poète, étoile filante de la poésie de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, mort à 32 ans, l’auteur non seulement nous fait le portrait d’un personnage fantasque aux tenues et casquettes excentriques, ambivalent, solitaire et introverti, mais il nous plonge aussi dans le Paris des écrivains, poètes, caricaturistes, peintres et journalistes de Montmartre. En compagnie de Léon-Paul Fargue, écrivain, et Francis Jourdain, peintre-graveur et lithographe, le jeune aède, originaire de Montbrison, nous promène dans les rues, les bistrots, les restaurants et les cabarets de Montmartre et Montparnasse.

Affiche-publicitaire-Le-Grillon-American-Bar-J-M Levet
Affiche représentant J.M. Levet

Ce fils de famille à l’imaginaire exotique, parti en mission fictive sur recommandation paternelle en Inde, puis vice-consul à Manille et à Las Palmas, n’a cessé de « projeter des éclats contradictoires, au gré des vents, de ses missions, de ses amitiés ou de ses fidélités familiales ».

Influencé par Verlaine, Mallarmé et Rimbaud qu’il admirait, il était sensible aux charmes des voyages en bateau et à la diversité des races et des peuples. Ses articles et ses poèmes ont été publiés dans différentes revues plus ou moins éphémères. Ironique, parfois caustique, raillant l’ordre moral, adepte des « épices exotiques » et d’« impertinences légères et rieuses », il nous distrait en nous faisant rêver.

Personne ne peut être indifférent à ses Cartes Postales, scènes de la vie tropicale qui nous enchantent et nous enivrent. Personnage de Montmartre, désinvolte, à l’allure dégingandée, sans passion amoureuse, Henry J.-M. Levet, cultivé et généreux, a eu une production littéraire minimaliste limitée à quelques courts recueils de poèmes, à un livre fantôme –L’Express de Bénarès– annoncé mais probablement jamais écrit, et un roman improbable retraçant l’histoire d’un homme laid, sans membres, amateur de voyages, concentré sur sa vie intérieure.

Son parcours poétique ne sera qu’une brève parenthèse qui se refermera dès le début de sa carrière consulaire. Ayant rompu ses liens avec Montmartre et avec sa faune, miné par la tuberculose, il consacra ses dernières années à ses fonctions diplomatiques et à lutter contre la maladie.

Poète méconnu au destin déchirant, j’invite les amateurs de littérature et  d’exotisme à découvrir le récit de Frédéric Vitoux et les Cartes Postales. Pour vous inciter à les lire, je vous livre cette strophe extraite de British India :

« Bénarès, accroupie, rêve le long du fleuve ;

Le Brahmane, candide, lassé des épreuves,

Repose vivant dans l’abstraction parfumée… »

Frédéric Vitoux, avec qui Alain Lavelle a été en contact, a eu l’amabilité d’ajouter en post-sciptum le commentaire personnel que voici. Nous tenons à l’en remercier vivement.

« Toute recherche littéraire, toute enquête sur un poète, tout voyage sur les traces d’un écrivain voyageur relèvent toujours, de façon plus ou moins avouée, d’un exercice d’introspection. A travers les silences, les secrets, la part d’ombre derrière lesquels se cache la figure si singulière d’Henry J.-M. Levet qui, depuis plus plus d’un siècle, de génération en génération, fascine et obsède quelques centaines de lecteurs, d’admirateurs ou d’happy few,comme disait Stendhal, je crois avoir livré aussi beaucoup de moi-même. Non que je lui ressemble le moins du monde. Mais il m’accompagne depuis si longtemps! Il m’a tant fait rêver! Les rêves sont aussi ce qui vous constitue… »
F.V.
 
 
 
 

F Vitoux

Frédéric Vitoux, né le 19 Août 1944 est un écrivain et critique littéraire français, auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages dont plusieurs ont été primés (La vie de Céline, Sérénissime, Charles et Camille, La Comédie de Terracina). Il est élu à l’Académie Française le 13 décembre 2001. Il est également officier des Arts et des Lettres et officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

La fonte des glaces de Joël Baqué

Conseillé par Nicole Imbert-Degrave

livre-fonte-des-glaces

Louis est veuf.

Depuis la disparition de son épouse, il regarde sa vie s’écouler entre un premier expresso sur le zinc du « Au bien nommé », une halte face à la mer et un deuxième expresso avant d’aller chercher sa demi-baguette chez la boulangère dépressive, d’acheter son journal Var-matin… pour finir endormi le soir devant la télévision.

Bref, Louis déprime ou plutôt déprimait jusqu’au jour où son regard croise celui, immobile, d’un manchot empereur caché au fond d’une armoire flamande dans une brocante.

Sa vie alors bascule, et Louis, petit retraité anonyme de Toulon va aller au bout de sa passion pour le manchot empereur. Il va prendre tous les risques, et lui qui n’a jamais quitté sa ville, va partir pour un voyage extraordinaire en Antarctique. Il va en compagnie d’un Inuit découvrir une tribu de manchots, se faire draguer par l’une de leurs femelles  en chaleur, délirer sur la banquise après avoir mangé de vieux biscuits soviétiques aux vertus hallucinogènes, puis s’envoler pour le Grand Nord canadien à la recherche de chasseurs d’icebergs. Finalement et sans le vouloir il deviendra, après bien des épreuves, une star de la cause écologique.

Mais, je vous laisse découvrir les voyages et les aventures réfrigérantes de notre retraité charcutier.

Ce livre est un vrai moment de détente, plein d’humour et de tendresse. L’auteur, que j’ai eu le plaisir de rencontrer dans le cadre du salon littéraire organisé par « La plume de Léon » est un homme très imaginatif, qui partant d’un sujet peut vous embarquer avec un raisonnement très logique dans une autre dimension totalement délirante. J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à accompagner Louis dans ses pérégrinations.

images

Joël Baqué est un écrivain français né en 1963 à Béziers. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Pré ou Carré », La salle », Aire du mouton »…

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

1Q84 de Haruki Murakami

Conseillé par Daniel Sueur

25 0463 7-Boite13,5_2cd_1Q84-L1.indd

Un drôle de titre, pour un livre quelque peu déroutant, entre histoire d’amour, polar et fantastique.

Par le grand écrivain japonais, idole dans son pays, et lu dans le monde entier.

Un livre exceptionnel : trois tomes pour un seul roman, ce n’est quand même pas courant. Et un vrai plaisir de lecture même si le récit est par moment assez déstabilisant (mais quand on parle de fantastique, il faut bien s’y préparer…)

Il s’agit donc, et avant tout, d’une histoire d’amour entre Tengo et Aomamé. Le premier est prof de maths, Aomamé est à la fois kiné et prof d’arts martiaux, et elle a développé une technique de self-défense radicale.

bm_5953_1642403

Une histoire d’amour qui va se dérouler dans un contexte culturel complexe dans lequel Murakami revient sur l’un de ses thèmes habituels : la religion comme force négative qui vient s’opposer à la réalité et aux choses naturelles de la vie.

Un léger reproche peut-être : de nombreuses digressions, autant de prétextes pour l’auteur de montrer sa vaste culture.

Un style très fluide, l’occasion ici de rendre hommage à la traductrice qui a réussi à surmonter les difficultés du japonais lorsqu’il s’agit de le traduire, puis de l’interpréter, tout en conservant le contenu culturel propre de la langue.

25 0465 2-Boite13,5_2cd_1Q84-L3.indd

Je recommande à cet égard le livre-audio qui se termine par une interview d’Hélène Morita qui aura passé plusieurs mois à la traduction française du livre.

Ce livre-audio aura enchanté (sans doute le mot le plus approprié) les nombreuses heures de randonnée journalière que je pratique dans notre belle contrée.

.

Haruki Murakami

Haruki Murakami est un écrivain japonais contemporain né à Kyoto le 12 janvier 1949.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont « Kafka sur le rivage », « Ecoute le chant du vent », « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil »…. A reçu  plusieurs prix littéraires.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

TAMATA et L’ALLIANCE de Bernard Moitessier  

conseillé par Alain Lavelle

TAMATA

Pour tous les amateurs de grands espaces et d’aventures marines, je recommande le livre de Bernard Moitessier : TAMATA et L’ALLIANCE (publié chez Arthaud).

Ce ne sont pas seulement les mémoires d’un navigateur insatiable mais aussi le cheminement d’un homme avec ses folies, ses rêves et ses souffrances.

Homme plein d’humanité, amoureux de la nature, qui en 1968 participe à la première course autour du monde en solitaire et sans escale. Ce premier tour du monde en solitaire n’aura pas de fin puisque négligeant le gain de la victoire, il en entreprendra un second sans s’arrêter, et écrira:

« Je continue pour sauver mon âme »

Dans ce récit qui est le parcours de sa vie Bernard Moitessier décrit son enfance en Indochine dans un village du golfe du Siam. Il entend dans ces paysages magiques l’appel de la mer et découvre aussi les horreurs de la guerre.

Marin inexpérimenté, il part à bord de sa jonque Marie-Thérèse. C’est le début d’un long apprentissage et d’un périple qui durera de longues années, ponctué d’avatars, d’imprévus et d’exploits à travers les océans, les continents et les îles.

Etant moi-même amateur de traversées océaniques, accro aux voyages et à la recherche du mouvement perpétuel, j’ai aimé cette histoire d’homme pour qui la liberté et la capacité de l’être humain de métamorphoser ses rêves dans une réalité concrète sont un impératif absolu non négociable. Il nous rappelle à tous que nous sommes seuls responsables de notre destin.

Bernard Moitessier

TAMATA et L’ALLIANCE est terminé en juillet 1993 à Raiatea

Bernard Georges Moitessier est né le 10 avril 1925 à Hanoï et décédé le 16 Juin 1994 à Vanves

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :