Bibliothèque

L’Express de Bénarès de Frédéric Vitoux

Conseillé par Alain Lavelle

 

livre l'Express de ...

Dans L’Express de Bénarès, Frédéric Vitoux, académicien, nous fait part de sa fascination pour Henry Jean-Marie Levet. Parti à la découverte du poète, étoile filante de la poésie de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, mort à 32 ans, l’auteur non seulement nous fait le portrait d’un personnage fantasque aux tenues et casquettes excentriques, ambivalent, solitaire et introverti, mais il nous plonge aussi dans le Paris des écrivains, poètes, caricaturistes, peintres et journalistes de Montmartre. En compagnie de Léon-Paul Fargue, écrivain, et Francis Jourdain, peintre-graveur et lithographe, le jeune aède, originaire de Montbrison, nous promène dans les rues, les bistrots, les restaurants et les cabarets de Montmartre et Montparnasse.

Affiche-publicitaire-Le-Grillon-American-Bar-J-M Levet
Affiche représentant J.M. Levet

Ce fils de famille à l’imaginaire exotique, parti en mission fictive sur recommandation paternelle en Inde, puis vice-consul à Manille et à Las Palmas, n’a cessé de « projeter des éclats contradictoires, au gré des vents, de ses missions, de ses amitiés ou de ses fidélités familiales ».

Influencé par Verlaine, Mallarmé et Rimbaud qu’il admirait, il était sensible aux charmes des voyages en bateau et à la diversité des races et des peuples. Ses articles et ses poèmes ont été publiés dans différentes revues plus ou moins éphémères. Ironique, parfois caustique, raillant l’ordre moral, adepte des « épices exotiques » et d’« impertinences légères et rieuses », il nous distrait en nous faisant rêver.

Personne ne peut être indifférent à ses Cartes Postales, scènes de la vie tropicale qui nous enchantent et nous enivrent. Personnage de Montmartre, désinvolte, à l’allure dégingandée, sans passion amoureuse, Henry J.-M. Levet, cultivé et généreux, a eu une production littéraire minimaliste limitée à quelques courts recueils de poèmes, à un livre fantôme –L’Express de Bénarès– annoncé mais probablement jamais écrit, et un roman improbable retraçant l’histoire d’un homme laid, sans membres, amateur de voyages, concentré sur sa vie intérieure.

Son parcours poétique ne sera qu’une brève parenthèse qui se refermera dès le début de sa carrière consulaire. Ayant rompu ses liens avec Montmartre et avec sa faune, miné par la tuberculose, il consacra ses dernières années à ses fonctions diplomatiques et à lutter contre la maladie.

Poète méconnu au destin déchirant, j’invite les amateurs de littérature et  d’exotisme à découvrir le récit de F. Vitoux et les Cartes Postales. Pour vous inciter à les lire, je vous livre cette strophe extraite de British India :

« Bénarès, accroupie, rêve le long du fleuve ;

Le Brahmane, candide, lassé des épreuves,

Repose vivant dans l’abstraction parfumée… »

 

F Vitoux

F Vitoux, né le 19 AOÛT 1944 est un écrivain et critique littéraire français, auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages dont plusieurs ont été primés (La vie de Céline, Sérénissime, Charles et Camille, La Comédie de Terracina). Il est élu à l’Académie Française le 13 décembre 2001. Il est également officier des Arts et des Lettres et officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur

 

La fonte des glaces de Joël Baqué

Conseillé par Nicole Imbert-Degrave

livre-fonte-des-glaces

Louis est veuf.

Depuis la disparition de son épouse, il regarde sa vie s’écouler entre un premier expresso sur le zinc du « Au bien nommé », une halte face à la mer et un deuxième expresso avant d’aller chercher sa demi-baguette chez la boulangère dépressive, d’acheter son journal Var-matin… pour finir endormi le soir devant la télévision.

Bref, Louis déprime ou plutôt déprimait jusqu’au jour où son regard croise celui, immobile, d’un manchot empereur caché au fond d’une armoire flamande dans une brocante.

Sa vie alors bascule, et Louis, petit retraité anonyme de Toulon va aller au bout de sa passion pour le manchot empereur. Il va prendre tous les risques, et lui qui n’a jamais quitté sa ville, va partir pour un voyage extraordinaire en Antarctique. Il va en compagnie d’un Inuit découvrir une tribu de manchots, se faire draguer par l’une de leurs femelles  en chaleur, délirer sur la banquise après avoir mangé de vieux biscuits soviétiques aux vertus hallucinogènes, puis s’envoler pour le Grand Nord canadien à la recherche de chasseurs d’icebergs. Finalement et sans le vouloir il deviendra, après bien des épreuves, une star de la cause écologique.

Mais, je vous laisse découvrir les voyages et les aventures réfrigérantes de notre retraité charcutier.

Ce livre est un vrai moment de détente, plein d’humour et de tendresse. L’auteur, que j’ai eu le plaisir de rencontrer dans le cadre du salon littéraire organisé par « La plume de Léon » est un homme très imaginatif, qui partant d’un sujet peut vous embarquer avec un raisonnement très logique dans une autre dimension totalement délirante. J’espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à accompagner Louis dans ses pérégrinations.

 

images

Joël Baqué est un écrivain français né en 1963 à Béziers. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Pré ou Carré », La salle », Aire du mouton »…

 

 

1Q84 de Haruki Murakami

Conseillé par Daniel Sueur

25 0463 7-Boite13,5_2cd_1Q84-L1.indd

 

Un drôle de titre, pour un livre quelque peu déroutant, entre histoire d’amour, polar et fantastique.

Par le grand écrivain japonais, idole dans son pays, et lu dans le monde entier.

Un livre exceptionnel : trois tomes pour un seul roman, ce n’est quand même pas courant. Et un vrai plaisir de lecture même si le récit est par moment assez déstabilisant (mais quand on parle de fantastique, il faut bien s’y préparer…)

 

Il s’agit donc, et avant tout, d’une histoire d’amour entre Tengo et Aomamé. Le premier est prof de maths, Aomamé est à la fois kiné et prof d’arts martiaux, et elle a développé une technique de self-défense radicale.

bm_5953_1642403

Une histoire d’amour qui va se dérouler dans un contexte culturel complexe dans lequel Murakami revient sur l’un de ses thèmes habituels : la religion comme force négative qui vient s’opposer à la réalité et aux choses naturelles de la vie.

Un léger reproche peut-être : de nombreuses digressions, autant de prétextes pour l’auteur de montrer sa vaste culture.

Un style très fluide, l’occasion ici de rendre hommage à la traductrice qui a réussi à surmonter les difficultés du japonais lorsqu’il s’agit de le traduire, puis de l’interpréter, tout en conservant le contenu culturel propre de la langue.

 

25 0465 2-Boite13,5_2cd_1Q84-L3.indd

 

Je recommande à cet égard le livre-audio qui se termine par une interview d’Hélène Morita qui aura passé plusieurs mois à la traduction française du livre.

Ce livre-audio aura enchanté (sans doute le mot le plus approprié) les nombreuses heures de randonnée journalière que je pratique dans notre belle contrée.

 

 

.

Haruki Murakami

Haruki Murakami est un écrivain japonais contemporain né à Kyoto le 12 janvier 1949.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont « Kafka sur le rivage », « Ecoute le chant du vent », « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil »…. A reçu  plusieurs prix littéraires.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

TAMATA et L’ALLIANCE de Bernard Moitessier  

conseillé par Alain Lavelle

TAMATA

Pour tous les amateurs de grands espaces et d’aventures marines, je recommande le livre de Bernard Moitessier : TAMATA et L’ALLIANCE (publié chez Arthaud).

Ce ne sont pas seulement les mémoires d’un navigateur insatiable mais aussi le cheminement d’un homme avec ses folies, ses rêves et ses souffrances.

Homme plein d’humanité, amoureux de la nature, qui en 1968 participe à la première course autour du monde en solitaire et sans escale. Ce premier tour du monde en solitaire n’aura pas de fin puisque négligeant le gain de la victoire, il en entreprendra un second sans s’arrêter, et écrira:

« Je continue pour sauver mon âme »

Dans ce récit qui est le parcours de sa vie Bernard Moitessier décrit son enfance en Indochine dans un village du golfe du Siam. Il entend dans ces paysages magiques l’appel de la mer et découvre aussi les horreurs de la guerre.

Marin inexpérimenté, il part à bord de sa jonque Marie-Thérèse. C’est le début d’un long apprentissage et d’un périple qui durera de longues années, ponctué d’avatars, d’imprévus et d’exploits à travers les océans, les continents et les îles.

Etant moi-même amateur de traversées océaniques, accro aux voyages et à la recherche du mouvement perpétuel, j’ai aimé cette histoire d’homme pour qui la liberté et la capacité de l’être humain de métamorphoser ses rêves dans une réalité concrète sont un impératif absolu non négociable. Il nous rappelle à tous que nous sommes seuls responsables de notre destin.

Bernard Moitessier

 

TAMATA et L’ALLIANCE est terminé en juillet 1993 à Raiatea

Bernard Georges Moitessier est né le 10 avril 1925 à Hanoï et décédé le 16 Juin 1994 à Vanves

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :