Escale-surprise à l’Isle Bourbon

D’après dix lettres authentiques du XVIII ème

Troisième partie

 

 

par Danielle Morau                   

six parties du monde cinq points cardinaux

un rayon de soleil une lame de fond

 Au petit matin, un matelot a crié du haut du mât de vigie « TERRE EN VUE », la sirène du cargo a retenti, et le capitaine Joseph Audoir a donné l’ordre d’accoster…

 

Le port du Barachois de Saint-Denis-de-La Réunion est visible de loin et l’on entend déjà une radio qui diffuse cette chanson des années 1970, véritable « tube » local.

« Mon île » texte, musique et interprétation de Jacqueline FARREYROL (4m 38)

 

1 port en vue

une expédition coloniale une échelle de corde une pelote de ficelle

2 débarcadère

Malheureusement, le navire n’accoste pas, les passagers sont amenés en barque jusqu’au débarcadère : attention à la montée de l’échelle en robe de crinoline !

3 montée au Brûlé

Les voyageurs découvrent ensuite le « car-courant d’air » (bus local) qui les achemine par une route étroite au village du Brûlé, situé à 800 mètres d’altitude : après une belle vue sur le port de Saint-Denis et sur la ligne de chemin de fer, les virages serrés se succèdent pendant 11 kilomètres…

4 la case

Les touristes ont l’honneur d’être accueillis au Brûlé dans la maison de « changement d’air » qui appartenait à la famille de Raymond Barre, ancien professeur d’Economie à l’Université de Paris, ancien Premier Ministre, ancien Maire de Lyon.

un jardin six musiciens cinq minutes d’entracte

Mais il faut, dès le lendemain, redescendre à Saint-Denis car une visite au Jardin de l’Etat est prévue.

5 bazardier Jardin Etat

Devant le portail d’entrée, un « bazardier » propose quelques fruits : ça sent la banane, la mangue et le tamarin, comme le chante cet enfant debout sur le bord de la margelle de la fontaine publique !

« Ça sent la banane » texte, musique et interprétation de Jacqueline FARREYROL (3m 35)

En route pour la petite ville de Saint-Leu afin de profiter des rouleaux de l’Océan Indien, appréciés mondialement par les amateurs de surf, malgré la présence des requins.

6 plage

Inutile de chercher sur le sable un morceau de conque ou de porcelaine : ces coquillages n’existent plus sur l’île de La Réunion depuis longtemps.

7 coquillage, conque, porcelaine

La visite des trois cirques s’impose : Cilaos, Mafate, Salazie. Pour accéder à Salazie, il faut passer ce pont en bois à Salazie…

8 Salazie

… pour monter à Hell-Bourg, petite bourgade de villégiature, nichée dans le cirque de Salazie.

9 Hellbourg

De retour au Brûlé, il ne reste plus qu’à raconter ses aventures aux amis restés en métropole, à la lueur d’une lampe à pétrole et en dégustant une tasse de café « Bourbon pointu » …

10 la lettre

… tout en utilisant un stylographe en corail trouvé sur la plage de l’Hermitage à Saint-Gilles.

11 stylo en corail

un jardin à la française   des fleurs   une fleur qu’on appelle souci

Une fois la correspondance terminée, une promenade au clair de lune, dans le jardin créole, permet d’admirer les anthuriums en fredonnant une chanson réunionnaise de 1930.

« P’tite fleur aimée » texte, interprétation de Jules Fossy, musique de Georges Fourcade 

 

12 anthuriums de mon jardin

L’escale se termine, les passagers rejoignent l’embarcadère en chantant « mon plus beau livre d’images est celui qui porte ton nom, mon île de La Réunion ».

 

Cette escale-surprise s’inspire du poème « Inventaire », écrit par Jacques Prévert en 1946.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 commentaires sur “Escale-surprise à l’Isle Bourbon

Ajouter un commentaire

  1. C’est un vrai moment de détente que de découvrir ces gravures et photos avec en fond sonore la chanson « mon île ».
    Merci Danielle, on se laisse bercer par le rythme lent et doux de la voix de Jacqueline Farreyrol et on finirait presque par voir se balancer les fleurs d’anthurium au gré du vent.

    Aimé par 1 personne

  2. Le fil conducteur des trois articles me semble être une plongée dans le temps et dans l’espace. Le temps parce que les recherches généalogiques remontent à plusieurs siècles et l’espace parce que les aventures marines se déploient sur plusieurs océans. Marin amateur ayant parcouru toutes les mers du globe j’ai été particulièrement intéressé par les périples et les expéditions périlleuses du capitaine Audoir. De plus, véritable analyse anthropologique sur les mœurs des familles du XVIII ème siècle, Danielle tu nous livres à travers ces lettres familiales un témoignage de grande qualité. Enfin j’ai aimé ce dernier article écrit à la Prévert accompagné de chansons qui mettent en évidence toute la vitalité nonchalante et le parfum des îles tropicales. Les illustrations sont superbes. Un grand merci pour ce travail d’orfèvre.

    Aimé par 2 personnes

  3. Remarquables, tes recherches pendant des années, débouchant sur ces deux récits très intéressants qui sont un bel hommage aux ancêtres de ton époux . Les destins de ces pionniers et aventuriers et de leurs familles nous éclairent sur une époque difficile. Après toutes ces aventures,  » l’inventaire » délicat et musical sur la Réunion est une escale bienfaisante. Félicitations, Danielle!

    Aimé par 2 personnes

  4. nous avons lu avec un immense plaisir cette prose sur l’île de La Reunion que tu as si bien décrite. Nous avons ressenti, par tes propos, toute l’intensité et l’émotion qui en découlent et que nous éprouvons nous-mêmes. Ayant eu le bonheur de connaître et de « sentir » ce lieu si éloigné de la métropole, nous pouvions comprendre précisément les difficultés qu’ont rencontrées ces « aventuriers » d’une lointaine époque….et puis, que d’émotion à l’écoute de ces chants ! J’ai, personnellement, « vibrée » en les entendant. Ce document est, en plus, parfaitement rédigé ! Merci Danielle;
    Annie et Gérard

    Aimé par 2 personnes

  5. Les chansons sont appréciées et mes photos aussi ! Mais avez-vous remarqué que, sur la carte, l’île est bordée par l’Océan Atlantique ? Cette erreur m’a incitée à prendre le large vers une escale fantaisiste mais empreinte de nostalgie…
    A tous ceux ou celles qui ont pris le temps de lire trois articles, à tous ceux ou celles qui ont pris la peine de rédiger un commentaire, je dis simplement MERCI.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :