La Face cachée de la Terre: photos aquatiques de Laurent Masurel

par Hugo Verlomme

Je trouve parfois cocasse d’entendre de grands voyageurs se vanter d’avoir « fait » de nombreux pays et moult tours du monde, alors qu’en réalité la plupart d’entre eux ne parlent que d’un petit pourcentage de notre belle et vaste planète bleue. On rappelle souvent que l’océan occupe 71 % de la surface terrestre, mais on oublie toujours d’effectuer le calcul inverse. Ainsi, les globe-trotters qui parcourent vaillamment la planète n’évoluent que sur les terres, c’est-à-dire 29 % de notre planète, desquels il faudrait soustraire les terres hostiles telles que le Grand Nord, l’Antarctique, le Sahara, etc. Cela ne laisserait alors qu’un tout petit quart du globe pour nos boulimiques de frontières et de territoires.

Ces chiffres nous invitent à redécouvrir avec humilité la face cachée de la Terre, son âme profonde, l’océan global d’où est sortie la vie. Cet océan si proche et si lointain… Aujourd’hui, il est devenu étrangement banal de dire qu’on a cartographié 100 % de la planète Mars, contre moins de 10 % des fonds marins ! Et pourtant, quel plus beau domaine d’exploration que cet immense continent que nous avons partiellement détruit avant même de le découvrir ? Si l’on veut le protéger, il faut le connaître, et pour cela l’immersion est nécessaire, car c’est une expérience physique et spirituelle. Il existe des milliers de bonnes raisons de se lancer à l’eau, d’y plonger corps et âme, dans cette étreinte liquide et vivante qui nous ressource en permanence. Certains sportifs-artistes vont y puiser une inspiration inédite, des fulgurances qu’on ne peut saisir qu’en prenant soi-même des risques considérables.

Ainsi le photographe aquatique Laurent Masurel a-t-il su marier ses deux amours, la photo et le bodysurf (l’art de surfer les vagues avec le corps, sans planche, palmes aux pieds), pour aller chercher, au cœur des vagues du monde entier, des éclats de perfection arrachés aux chaos liquides. Être artiste ne signifie-t-il pas tout d’abord vivre pour son art au quotidien, et parfois jusque dans sa chair ? L’art n’est pas quelque chose qu’on choisit un beau matin, c’est une vague qui vous cueille et qu’il faut surfer, faute de quoi elle vous écrabouille.

Laurent Masurel, qui a nagé dans les vagues du monde entier, parfois au péril de sa vie, comme à Anglet, Hossegor, Hawaii ou Tahiti, a choisi de suivre cette voie, alors qu’il avait commencé sa carrière comme contrôleur de gestion dans l’industrie de la glisse.
En se spécialisant dans les photos aquatiques, y compris en conditions extrêmes, Laurent a su trouver sa place parmi les meilleurs photographes-watermen de sa génération, comme en témoignent ses photos de vagues ou de surfeurs publiées dans de nombreux magazines. Sa maîtrise de la photo aquatique est reconnue internationalement et il couvre régulièrement les compétitions mondiales de surf. Mais lorsqu’il délaisse les compétitions et les champions de surf, Laurent réalise des photos aquatiques pour le seul plaisir de l’art. Son travail et ses photos l’ont fait connaître dans le monde entier et il est auteur ou coauteur de plusieurs livres sur le surf, le bodysurf, les vagues. Sa dernière passion : les vagues géantes de Nazaré au Portugal.

En allant chercher des paysages magnifiques sous les jupes des vagues, le photographe révèle ici des apparitions fugaces que seul Neptune contemple d’ordinaire. Dans les nuages bouillonnants et l’écume céleste, des silhouettes surgissent, effleurant le flanc d’un rouleau. D’autres fois ce sont des nymphes qui se glissent dans le miroir tubulaire, et la magie des images nous entraîne dans un monde onirique qu’on ne peut pas voir d’ordinaire, même lorsqu’on s’y trouve, car tout y est trop rapide et tumultueux. Seule la photo et un photographe audacieux nous permettent de pénétrer ainsi au cœur de la matière en fusion pour contempler ces instants volés.

laurentmasurel@wanadoo.fr

Un commentaire sur “La Face cachée de la Terre: photos aquatiques de Laurent Masurel

Ajouter un commentaire

  1. Félicitations à Laurent Masurel pour ces photos extraordinaires, prises au creux de la vague et sans doute souvent en situation de danger et merci à Hugo Verlomme de nous les avoir fait découvrir

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :